Les cycles de l’eau

L’eau circule sans arrêt sur la Terre. Le soleil fait s’évaporer l’eau des rivières, des lacs, des mers, des océans en de fines gouttelettes qui se regroupent pour former les nuages.

Sous certaines conditions, ces nuages donnent de la pluie qui s’infiltre dans le sol et rejoint les nappes phréatiques, les sources, les rivières, les fleuves, les océans pour recommencer sans fin le même voyage…

C’est le cycle naturel de l’eau que l’on appelle aussi le grand cycle de l’eau.

 

Pour exploiter cette ressource indispensable à la vie qu’est l’eau, l’homme a organisé tout un dispositif permettant de subvenir à ses besoins en eau potable ou en eau industrielle et d’assainir l’eau après son utilisation pour éviter les pollutions et permettre sa réutilisation ultérieure.

C’est le cycle domestique de l’eau que l’on appelle aussi le petit cycle de l’eau.

 

Le grand cycle de l’eau ou la GEMAPI

Les collectivités sont impliquées dans les cycles dont la bonne gestion relève de leur compétence. Ainsi, pour que la ressource en eau reste de bonne qualité et en quantité suffisante, la collectivité assure :

  • L’entretien des cours d’eau et plans d’eau (débroussaillage, élagage, enlèvement d’embâcles…)
  • L’aménagement et la restauration des milieux aquatiques : maintien des écosystèmes liés aux cours d’eau, préservation de la continuité écologique, gestion et aménagement des zones humides, restauration des milieux aquatiques.

Curage et reprofilage des berges 
Agglomération Lisieux Normandie

 

En ce qui concerne la Gestion des Milieux Aquatiques (GEMA), la  Communauté d’Agglomération s’appuie sur deux syndicats de bassins qui assurent cette tâche depuis plusieurs années :

Parallèlement, la collectivité est également compétente en matière de Prévention des Inondations (PI). Cela comprend :

  • L’aménagement des bassins hydrographiques
  • La gestion des ouvrages de protection contre les inondations (entretien des digues et ouvrages, définition, réalisation et exploitation d’ouvrages de protection contre les crues…).

Ce volet est une compétence récente pour la Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie et sa structuration est en cours en concertation avec les syndicats de bassin.

 

Le petit cycle de l’eau 

En ce qui concerne le petit cycle de l’eau, la loi prévoit que les services concernés soient assurés par la Communauté d’agglomération Lisieux Normandie à partir du 1er janvier 2020.

Cela comprend :

  • La production et la distribution d’eau potable ;
  • L’assainissement collectif des eaux usées ;
  • L’assainissement non collectif des eaux usées ;
  • La gestion des eaux pluviales urbaines.

Depuis le 1er janvier 2020, la Communauté d’agglomération Lisieux Normandie se substitue donc aux syndicats et communes qui assuraient ces compétences jusqu’alors.

 

 l’eau potable

La production d’eau potable est assurée par le prélèvement des eaux brutes dans le milieu naturel, par exemple une nappe souterraine ou un cours d’eau. Ces eaux brutes, pour être consommées sans risques par les habitants, font ensuite l’objet d’un traitement de potabilisation plus ou moins important selon la qualité de l’eau brute prélevée.

L’eau est qualifiée de potable une fois qu’elle a quitté l’usine de potabilisation.

Sa distribution est alors assurée par un réseau de canalisations jusqu’aux lieux d’utilisation, les maisons, les écoles ou les entreprises entre autres, mais également par des infrastructures de stockage comme les châteaux d’eau. Ces infrastructures permettent en effet de disposer de réserves d’eau suffisantes pour s’adapter aux variations de la demande des usagers.

Depuis le 1er janvier 2020 la Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie a intégré en son sein 11 structures anciennement compétentes en eau potable. Par ailleurs, nous adhérons à 8 Syndicats d’eau qui exercent toujours leur compétence eau potable puisqu’ils sont à cheval sur plusieurs intercommunalités, à savoir :

  • Le Syndicat d’Argences – Clos Morant ;
  • Le Syndicat Eaux Sud Calvados ;
  • Le Syndicat de la Haute Dorette de Bonnebosq ;
  • Le Syndicat Lieuvin Pays d’Ouche ;
  • Le Syndicat de l’Ortier ;
  • Le Syndicat de La Prébende ;
  • Le Syndicat du Plateau Ouest de Lisieux ;
  • Le Syndicat de Saint-Philbert-des-Champs.

Réservoir de Cordebugle

l’assainissement

L’eau potable n’est consommée qu’en partie, pour boire et cuisiner. Le reste, les eaux ménagères utilisées pour la vaisselle ou la lessive, et les eaux de vannes provenant des toilettes et de la salle de bain, constitue les eaux usées. Les eaux usées sont collectées par un réseau dédié, le « tout à l’égout », pour être épurées dans des stations de traitement des eaux usées ou stations d’épuration.

Attention, il est très important de ne pas jeter de lingettes, couches ou serviettes hygiéniques dans vos toilettes : en plus de créer des bouchons, qui peuvent faire déborder les eaux usées, cela abîme durablement les canalisations et les équipements des stations d’épuration.

Les eaux propres sont les eaux traitées qui sortent des stations et sont rejetées dans le milieu naturel, le plus souvent dans les rivières.

Les stations d’épuration peuvent être de très petite taille, comme les lagunes, ou plus conséquente comme celle de Lisieux qui a une capacité de traitement de 70 000 équivalents-habitants.

 

Station d’épuration de Lisieux

 

 

On distingue 4 étapes dans le traitement des eaux usées par voie biologique comme à la station d’épuration de Lisieux :

  • Les prétraitements : ils permettent l’élimination des plus gros déchets, du sable, du gravier mais aussi des graisses et des huiles.
  • Le traitement primaire : il s’agit d’une décantation permettant le dépôt des matières solides au fond du bassin et éliminant ainsi une partie des matières en suspension.
  • Les traitements secondaires : il s’agit cette fois d’un traitement biologique visant à absorber les polluants sous l’action des bactéries présentes naturellement dans les eaux.
  • La clarification : il faut enfin séparer l’eau dépolluée des boues biologiques produites par les bactéries pour rejeter l’eau au milieu naturel.

Une fois déshydratées, les boues peuvent être valorisables en agriculture, sous la forme de l’épandage.

Lorsque les habitations sont situées à trop grande distance d’un réseau de collecte des eaux usées, l’assainissement est alors dit non-collectif : les habitations sont directement équipées d’un dispositif d’assainissement des eaux usées au lieu de les envoyer vers une station de traitement. Ce dispositif est contrôlé régulièrement par les agents du Service Public d’Assainissement Non-Collectif (SPANC).

Depuis le 1er janvier 2020 la Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie a intégré en son sein 8 structures anciennement compétentes en assainissement collectif et 3 structures anciennement compétentes en assainissement non-collectif.

Renseignements :
SERVICE ENVIRONNEMENT : 02 50 68 90 27
environnement@agglo-lisieux.fr