COVID 19 :
les bons plans verts

 

LES DÉCHÈTERIES SONT FERMÉES MAIS …

 

Quelques conseils pour réutiliser votre tonte !

  • En paillage au pied de vos arbres fruitiers et de vos haies avec une épaisseur de 10 / 15 cm.
  • En engrais pour votre potager.
  • Et si en profitiez pour MOINS tondre et adopter la gestion différenciée ?
  • Des zones du jardin peuvent être tondues régulièrement (espace où les enfants jouent par exemple)
  • Des zones tondues tous les 15 jours pour favoriser la pousse des fleurs sauvages
  • Des zones peuvent ne plus être tondues : elles deviennent alors un refuge pour la faune locale (papillons, hérissons, etc.)

Valorisation des branchages

  • Les tailles saisonnières laissent un bon nombre de branches à recycler. Si vous ne possédez pas de broyeur pour les transformer en BRF (Bois Raméal Fragmenté : ce n’est que le broyat de jeunes rameaux de feuillus de l’année), vous pouvez les utiliser de bien d’autres façons : tuteurs pour tomates ou fleurs à longues tiges, rames à petits pois ou haricots, piquets pour clôtures ou barrières, bordures en plessis, bois d’allumage pour le barbecue ou les feux de cheminée…
  • Vous taillez vos noisetiers, du saule (osier ou autre), fabriquez vos bordures en plessis. Le plessis est un assemblage de branches entrelacées. Originaire du Moyen Âge, il servait à clore, à bon prix, les pâtures par le simple jeu du pliage et de l’entremêlement de branches. Au potager comme au jardin d’agrément, rien n’est plus simple que de tresser des rameaux pour border des massifs et des plates-bandes, accompagner une allée ou retenir la végétation.
  • Que faire si on a des branches que l’on voulait mettre à la déchèterie ?

On peut réaliser des séparations, créer des espaces dans un jardin ou tout simplement reconstituer un morceau de haie, en utilisant le principe de « haie morte » ou haie sèche.

C’est une technique simple à mettre en place et elle pourra servir de havre pour la biodiversité locale, de brise-vent pour les cultures et de réservoir à matière organique. Il vous suffit de faire un andain de branches mortes assez longues entre deux rangées de piquets espacées de 30 à 40 cm voici un exemple : https://www.jardiner-autrement.fr/construction-dune-haie-de-benjes/. Réutilisez ainsi les branchages provenant de la taille de vos haies, de vos arbres fruitiers…

Comment utiliser les « déchets verts » de cyprès et thuyas au jardin

Le thuya est un herbicide naturel, donc on ne l’utilise pas n’importe où, mais il a des intérêts :

Vous pouvez le broyer. Le broyage peut être effectué avec un broyeur, ou si vous n’en avez pas avec une simple tondeuse (attention uniquement pour les jeunes pousses de faible diamètre).

Les copeaux obtenus pourront alors être utilisés de la manière suivante :

  • En couche au pied d’un grillage pour éviter la pousse des autres plantes.
  • Pour faire des allées (permettant ainsi d’éponger l’eau et stabilise les zones de passage)
  • Fabriquer une tour avec un puits à l’intérieur pour y semer des potirons, des potimarrons ou des melons… Les cucurbitacées sont chauffées et abritées des courants d’air. Un voile d’hivernage par-dessus protège les semis contre les pluies froides.

Et d’autres utilisation que vous pourrez trouver en lien avec plusieurs explications https://www.rustica.fr/jardin-bio/recycler-thuya-brf-plessis-haies,15681.html

Devenir plus vert

Parce que confinement rime avec environnement, on en profite pour tester de nouveaux gestes écologiques ! Pourquoi pas tenter le compostage des déchets de cuisine ?

Je ne peux pas me déplacer, dans quoi puis-je mettre mon compost ?

Un petit sceau ou encore une boîte avec couvercle feront très bien l’affaire ! En plastique de préférence, pour faciliter le nettoyage.

Je composte quoi ?

Sans hésiter : épluchures, marc de café, sachets de thé, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés, coquilles de noix, œufs écrasées, petits cartons bruns et sachets en papier non imprimés (boîtes d’œufs, rouleaux de papier toilette), essuie-tout

Modérément ou avec précaution : les déchets très ligneux ou durs (os, noyaux, trognons de chou…), pain rassis, cendre de bois (en saupoudrage), sciure de bois non traitée

Ne compostez pas : couches-culottes, viande et restes de poissons, huile, thuya et cyprès (à utiliser plutôt en paillage), plantes montées en graines, poussières et balayures, excréments d’animaux et litières, bois traités, vernis ou peints, charbon de bois, filtres de cigarettes

Je composte comment ?

J’équilibre et je varie les apports : matières sèches et humides, fines et grossières.
Je brasse régulièrement pour aérer.
Je surveille le taux d’humidité et j’ajuste si nécessaire

Service environnement – Tél. 02 50 68 90 27 – environnement@agglo-lisieux.fr